Elkab mérite votre soutien

Ook: Nubië - latere periode

Moderator: yuti

Elkab mérite votre soutien

Berichtdoor Philip Arrhidaeus » Wo Dec 17, 2014 8:02 pm

Nederlands : viewtopic.php?f=20&t=3364
English: viewtopic.php?f=20&t=3365

Aucun site archéologique égyptien n’est plus riche en histoire que celui d’Elkab. Depuis la préhistoire, des populations s’y sont installées et la ville a subsisté durant toute l’époque pharaonique, jusqu’à ce que les empereurs romains règnent sur le pays, soit de 7000 avant J.-C. aux premiers siècles de notre ère.

Elkab est l’ancienne Nekheb et se situe en haute Égypte – entre Louxor et Assouan. L’importance de Nekheb n’échappera pas lorsqu’on sait que Sekhmet, la déesse vautour locale, était, avec la déesse cobra Ouadjet, une des deux divinités protectrices du pharaon, qui les portait toutes deux figurées sur son front.

Des missions belges sont actives à Elkab depuis Jean Capart, en 1937, jusqu’à nos jours et depuis plusieurs années sous la direction de Dirk Huyge. Rien qu’à l’intérieur des murs de la grande enceinte, quantité de découvertes ont eu lieu, alors qu’une infime partie du site seulement (plus de 300.000 m²) a été étudiée à ce jour. Vers 1970, Pierre Vermeersch y a étudié une culture paléolithique, connue depuis dans le monde entier sous le nom d’Elkabien. A la fin des années septante, Stan Hendrickx y à découvert un cimetière de la fin de l’époque préhistorique. Non loin de là, une zone d’habitat gréco-romain a été mise au jour. En 2009 et 2010, l’équipe de Dirk Huyge y a fouillé une ville de l’Ancien Empire.

La liste est trop longue pour tout énumérer ici. Et Elkab dans son ensemble est bien plus. Ci-dessous, quelques photos témoignent de la richesse du site et de la diversité des vestiges de son passé.

Mais richesse historique ne rime pas avec abondance de moyens dédiés à la recherche. Par le passé, les campagnes de fouilles ont déjà été mises en péril par manque de moyens financiers. Une situation inconcevable si l’on pense à l’énorme source de découvertes scientifiques potentielles que représente le site d’Elkab. La superficie totale du site archéologique est d’environ 16km². Du pain sur la planche pour les archéologues et les égyptologues !

Ceci est donc un appel à tous, particuliers, associations et institutions passionnés d’Égypte ancienne : assurez un avenir à ce site archéologique unique en contribuant aux prochaines campagnes de recherches scientifiques par votre soutien financier, quel qu’il soit.

Pouvez-vous transférer ce message aux personnes intéressées ?

Philippe Gossaert, décembre 2014

……………………………………………………..

Contact : Dr. Dirk Huyghe, directeur de la Mission archéologique belge à Elkab, et conservateur de la section Égypte préhistorique et protodynastique au musée du Cinquantenaire, voir page web des Musées royaux d’art et d’histoire :
http://www.kmkg-mrah.be/fr/elkab-ou-lur ... -avant-j-c


Articles avec bibliographie concernant Elkab :
- Limme Luc, Elkab, 1937-2007 : Seventy years of Belgian archaeological research, British Museum Studies in Ancient Egypt and Sudan 9 (2008): 15–50
http://www.britishmuseum.org/pdf/Limme.pdf

- Huyge Dirk, Limme Luc, Elkab après Capart : du campement préhistorique à la ville gréco-romaine, dans Ceci n’est pas une pyramide..., Un siècle de recherche archéologique belge en Égypte, Peeters Leuven, 2012
http://www.kmkg-mrah.be/sites/default/f ... 012_fr.pdf

……………………………………………………...

Depuis le sommet de la nécropole rupestre d’ Elkab Dirk Huyge et Isabelle Therasse des MRAH contemplent le paysage et les nombreux hypogées.
Afbeelding

Un mastaba (± 20 x 10 m) d’un haut-dignitaire d’importance de la 3e dynastie, au sommet de la nécropole rupestre. Sur la photo on distingue le treuil qui fut nécessaire pour vider de son contenu le puits funéraire de 25 mètres de profondeur.
(Huyge Dirk, An Enigmatic Third Dynasty Mastaba at Elkab, Egyptian Archaeology. The Bulletin of the Egypt Exploration Society 22, 2003, p. 29-30)
Afbeelding

Vue sur la grande enceinte d’Elkab (590 x 520 m) prise depuis le sommet de la nécropole rupestre.
(Hendrickx Stan, Huyge Dirk, Newton Claire, The Walls of Elkab, in: Bietak M., Czerny E., Forstner-Müller I. (eds.): Cities and Urbanism in Ancient Egypt, Wien 2010, p.145-169)
Afbeelding

Afbeelding

Une tombe intacte de la 18e dynastie, découverte par Stan Hendrickx et fouillée en 1996 par l’équipe de Luc Limme, Eugène Warmenbol et Ingrid De Strooper. (Warmenbol Eugène, Hendrickx Stan, Une tombe intacte de la 18e dynastie. Elkab, BE 18, in: Elkab and Beyond, Peeters Leuven, 2009, p.75-125. Newton Claire, Mobilier en bois et offrandes végétales de la tombe BE 18 à Elkab, in: Elkab and Beyond, Peeters Leuven, 2009, p. 127-137)
Afbeelding

Dirk Huyge près de la chapelle et du puits funéraire de la dame Irtenakhty, « connue du roi » et prêtresse d’Hathor. Cette tombe inviolée datant de l’Ancien Empire a été découverte en 1988. Elle contenait également la dépouille de son mari.
Afbeelding

Vue sur la nécropole rupestre, avec, à droite des arbres, l’escalier moderne menant aux hypogées du Nouvel Empire : Renni, Ahmose, Paheri, Sétaou.
Afbeelding

Convives dans la tombe ramesside de Sétaou.
(Kruchten Jean-Marie, Delvaux Luc, La tombe de Sétaou, Elkab VIII, Brepols 2010)
Afbeelding

L’officier de marine Ahmose et son petit-fils Paheri, devant les hiéroglyphes relatant les campagnes victorieuses qu’il a menées contre les Hyksos, souverains du nord de l’Égypte durant la 17e dynastie, juste avant le Nouvel Empire.
(Lichtheim Miriam, Ancient Egyptian Literature, Volume II, The New Kingdom, p. 12-15. Davies Vivian, The Tomb of Ahmose son-of-Ibana at Elkab, Documenting the family and other observations, in: Elkab and Beyond, Peeters Leuven, 2009, p.139-175)
Afbeelding

Une nécropole d’enfant, de la 2e dynastie, au pied de la nécropole rupestre.
(Hendrickx Stan, Huyge Dirk, Warmenbol Eugène, Un cimetière particulier de la deuxième dynastie à Elkab, Archéo-Nil 12, 2002, p. 47-54)
Afbeelding

Photo prise depuis le coin Nord de la grande enceinte d’Elkab, avec, à gauche le mur Est, et à droite le mur Nord. Dans le fond à gauche on aperçoit le mur Sud. En avant-plan, une zone non fouillée avec de gros bloc de pierres de taille qui ont appartenu à une construction (temple ?) de Khasekhemouy, le pharaon le plus important de la 2e dynastie.
Chaque touffe de végétation à droite ou au pied du mur peut indiquer la présence d’un puits funéraire non fouillé.
Afbeelding

Rampe à l’intérieur du mur Est de la grande enceinte. Il y a trois rampes au total. Elles sont intégrées dans le mur d’enceinte et ne semblent donc pas (seulement) avoir été des rampes de construction. Pourtant, la muraille ne montre aucune caractéristique d’un ouvrage défensif militaire.
Afbeelding

La zone d’habitat gréco-romain mise au jour. Dans le fond, la grande enceinte.
Afbeelding

A gauche, les temples d’Elkab, situés à l’intérieur d’une enceinte plus petite, dont on peut voir un fragment, à droite. A droite le lac sacré.
Afbeelding

A l’intérieur des temples d’Elkab.
(Fouilles d'Elkab, Documents, 1940-1953. Vanlathem Marie-Paule, Historique des deux temples d’Elkab, in: Elkab and Beyond, Peeters Leuven, 2009, p. 177-185)
Afbeelding

Wouter Claes près du site où ont commencé, en 2009, les fouilles de la ville de l’Ancien Empire.
(Huyge Dirk, Onder de vleugels van Nechbet, Leven en sterven in Elkab tijdens het Oude Rijk, dans Ta-Mery 3, 2010, p.26-35. Claes, Hendrickx, Devillers, Hart, Kindermann, De Dapper, Ikram, Storms, Swerts, Huyge, From the early Old Kingdom to the Badarian. Preliminary report on the 2012 excavation campaign in the settlement area of Elkab, in: The Nile Delta as a centre of cultural interactions between Upper Egypt and the Southern Levant in 4th millennium BC, Studies in African Archaeology 13, 2014)
Afbeelding

Dirk Huyge et le raïs Mohamed. Une photo du jeune Mohamed, en 1937, dans Capart Jean, Fouilles en Égypte, Elkab, Impressions et souvenirs, Fondation Égyptologique Reine Élisabeth, Bruxelles 1946.
Afbeelding

Le sanctuaire rupestre ptolémaïque de la déesse Chesemtet, dans le Ouadi Hilâl, à Elkab.
(Derchain Philippe, Elkab I, Les monuments religieux à l’entrée de l’Ouady Hellal, Bruxelles, 1971)
Afbeelding

La chapelle ramesside de Sétaou, vice-roi de Koush, dédiée à Thot et Nekhbet, également connue sous le nom d’El Hammam, dans le Ouadi Hilâl, à Elkab.
Afbeelding

Thoutmosis IV et Amenhotep III, le père et le fils, dans la chapelle de Hathor-Nekhbet dans le Ouadi Hilâl, à Elkab.
Afbeelding

Durant les campagnes de fouille à Elkab, la mission archéologique belge fait usage de la maison Sommers Clarke, construite en 1906 non loin du site. Cette résidence est actuellement propriété de l’état égyptien. Les équipes peuvent y résider durant la mission de fouille, à condition d’entretenir le bâtiment. Inutile de dire que cette exigence engendre des soucis financiers supplémentaires.
Afbeelding

Une partie de l’équipe d’Elkab, de gauche à droite : Isabelle Therasse, Dirk Huyge, Wouter Claes, Hendrik Hameeuw, Anne Devillers.
Afbeelding

Avec nos remerciements au Ministry of State for Antiquities, à Dr. Dirk Huyge et à l’équipe d’Elkab.

Traduit du Néerlandais par Isabelle Therasse et Godelieve Van den Broeck.
Gebruikers-avatar
Philip Arrhidaeus
Site Admin
 
Berichten: 6379
Geregistreerd: Do Mrt 23, 2006 3:16 pm
Woonplaats: Vlaanderen

Terug naar Algemene onderwerpen

Wie is er online?

Gebruikers in dit forum: Geen geregistreerde gebruikers en 1 gast

cron